L’histoire du tatouage et ses plus belles horreurs

Le mot vient du tahitien tatau, qui signifie marquer ou dessiner. La racine du mot, ta renvoie aux verbes frapper, inciser. Le Docteur Berchon, traducteur du deuxième voyage de Cook vers Tahiti en 1772 employa pour la première fois le mot Tatoo. En 1858, le mot fut officiellement francisé en Tatouage et fit son apparition dans le dictionnaire de Littré.

Tatouer est une pratique attestée en Eurasie depuis le néolithique. « Ötzi », l’homme des glaces découvert gelé dans les Alpes italo-autrichiennes est mort vers 3500 av. J.-C. Il arbore des tatouages thérapeutiques (petits traits parallèles le long des lombaires et sur les jambes). Le bassin du Tarim (Xinjiang en Chine) a révélé plusieurs momies tatouées de type physique européen. Encore mal connues (les seuls travaux accessibles en langue occidentale sont ceux de J. P. Mallory et V. H. Mair, The Tarim Mummies, Londres, 2000), certaines d’entre elles pourraient dater de la fin du 2e millénaire avant notre ère. Trois momies tatouées ont été extraites du permafrost de l’Altaï dans la seconde moitié du XXe siècle (l’Homme de Payzyrk dans les années 1940 ; défunts du plateau d’Ukok dans les années 1990). Leurs tatouages mettent en œuvre un répertoire animalier exécuté dans un style curviligne virtuose.

Le tatouage serait mal considéré dans la culture occidentale à cause des condamnations judéo-chrétiennes qui l’entourent : Levitique 19:28 (Ancien Testament) « Vous ne vous ferez pas d’incisions sur le corps à cause d’un mort et vous ne ferez pas dessiner des tatouages sur le corps. Je suis l’Eternel. » (Rites pratiqués par les égyptiens et certains peuples du Moyen-Orient). Le Judaisme interdit donc toute inscription entaillée et marquée à l’encre indélébile.

Les Européens ont redécouvert le tatouage lors des explorations dans le Pacifique sud avec le capitaine James Cook dans les années 1770 et les marins en particulier étaient particulièrement identifiés avec ces marques dans la culture européenne jusqu’après la Seconde Guerre mondiale. Ces mêmes marins européens se tatouaient souvent un crucifix sur tout le dos afin de se prémunir de la flagellation en cas de punition car c’était un crime que de défigurer une image pieuse …

Ce système d’identification était aussi un moyen sûr et efficace de renseignements des fiches des forces de police sur la pègre avant l’arrivée de la photo d’identité. Les fiches de polices jusqu’au XIXe siècle comportaient la signalisation et la description de chaque tatouage qui permettait ainsi de caractériser sans erreur un individu.

Source: http://fr.wikipedia.org/

Lady M.

Publicités

~ par Lady sur 17/05/2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :