Frédérick Bousquet

Ancien nageur du CS Clichy 92, Frédérick Bousquet est actuellement licencié au Cercle des nageurs de Marseille bien qu’il s’entraîne la majeure partie du temps aux États-Unis à Auburn où il suit une partie de ses études à partir de 2003. Il y représente le club de l’Université d’Auburn, les Tigers. Il prépare un master en management du sport à la Université Aix-Marseille II.

En 2000, il participe aux Jeux olympiques d’été de 2000 en tant que membre du relais 4 x 100 m nage libre français. Qualifié en finale, ce dernier termine à la septième place tout comme lors de celle du relais 4 x 100 m quatre nages, auquel Bousquet prend également part. À la fin de l’année, il remporte sa première récompense internationale dans un championnat international élite : avec le relais 4 x 100 m, il prend la médaille de bronze lors des Championnats d’Europe en petit bassin à Helsinki.

L’année 2003 est l’année de sa révélation tant sur le plan national qu’international. Aux Championnats de France, il remporte en effet trois titres individuels dont le doublé 50-100 m nage libre. De même, il se distingue lors des Championnats du monde de Barcelone, en finale du relais 4 x 100 m nage libre. Lorsqu’il prend le dernier relais, le quatuor français est septième à près d’une seconde et demi du podium. Pourtant, il parvient à ramener son équipe sur le podium grâce à un aller-retour nagé en 47 secondes et 3 centièmes, un temps qui constitue alors le deuxième chrono de l’histoire sur un 100 m lancé (en 2001, Pieter van den Hoogenband a réalisé 47,02 secondes lors des Mondiaux de Fukuoka).

L’année 2004 commence bien puisqu’il bat le premier record du monde de sa carrière lors des Championnats NCAA. Sur 50 m nage libre en petit bassin, il réalise en effet un temps de 21,10 secondes, trois centièmes de secondes de mieux que l’ancien temps de référence du Britannique Mark Foster. Pourtant, lors des Jeux olympiques d’été de 2004, il est éliminé en demi-finale du 100 m nage libre, réalisant le dixième temps à 4 centièmes du huitième temps qualificatif pour la finale. Il s’empare malgré tout à cette occasion du record de France détenu par Stéphan Caron depuis 1991. Le relais 4 x 100 m nage libre français atteint la finale mais ne réédite pas sa performance des Mondiaux 2003. Le quatuor termine en effet septième et Bousquet, dernier relayeur, est à plus d’une seconde de son meilleur temps sur l’exercice. La fin de l’année est bien meilleure pour le nageur puisqu’il obtient ses deux premiers titres internationaux lors des Championnats d’Europe en petit bassin, sur 100 m et avec le relais 4 x 50 m. De même, quelques mois plus tard, lors des Championnats NCAA, il devient le premier nageur à passer sous les 19 secondes sur 50 yards nage libre.

En 2006, il connaît plusieurs déconvenues lors des Championnats d’Europe de Budapest en Hongrie. Meilleur temps des demi-finales du 50 m nage libre, il termine en effet au pied du podium en finale ; une performance rééditée sur 100 m malgré le deuxième temps des demi-finales. En 2007, il retrouve le podium planétaire lors des Mondiaux de Melbourne où la France remporte la médaille de bronze du relais 4 x 100 m nage libre.

Podium du relais 4 x 100 m nage libre des Jeux olympiques de 2008, une épreuve remportée de huit centièmes de secondes par le relais américain sur son homologue français (11 août 2008 à Pékin).

En 2008 ont lieu les Jeux olympiques d’été de 2008 organisés à Pékin en Chine. Pour y participer individuellement, il est indispensable de prendre l’une des deux premières places des Championnats de France 2008 tout en réalisant les minimas. Bousquet termine deux fois troisième sur 50 et 100 m nage libre mais obtient son billet par le biais du relais 4 x 100 m nage libre. Il se qualifie néanmoins dans une épreuve individuelle sur 100 m papillon. Peu de temps avant les Jeux, lors de l’Open de Paris, le relais 4 x 100 m nage libre français composé de Bousquet, Alain Bernard, Amaury Leveaux et Fabien Gilot bat le record d’Europe, confirmant ainsi les performances individuelles de ses membres.

Lors des Jeux, le relais 4 x 100 m est organisé dès la première journée de compétition au sein du « Cube d’eau ». Les relais américain et français, meilleurs temps des séries, sont favoris. En finale, Bousquet, lancé en deuxième position après deux relais, reprend la première position à l’Américain Cullen Jones en réalisant provisoirement le meilleur relais lancé de l’histoire en 46,63 secondes. Au passage de relais pour Alain Bernard, Bousquet et le relais français comptent près de 7 dixièmes de secondes d’avance sur leurs concurrents américains. Toutefois, Jason Lezak refait son retard sur Bernard lors de l’ultime longueur de bassin et devance au final l’équipe de France de 8 centièmes de seconde. Le relais français obtient donc la médaille d’argent. Plus tard, sur 100 m papillon, malgré la troisième performance mondiale de l’année en 51 secondes et 5 dixièmes, Frédérick Bousquet est sorti en demi-finale.

À la fin de l’année, il participe à deux records du monde réalisés par des relais français en petit bassin : le 4 x 50 m nage libre lors des Championnats d’Europe à Rijeka et le 4 x 100 m nage libre lors des Championnats de France interclubs avec ses équipiers du CN Marseille.

Frédérick Bousquet (en combinaison rouge, ligne d’eau numéro 3) au départ de la finale du 50 m nage libre des championnats de France le 26 avril 2009. Il remporte la course en réalisant un nouveau record du monde en 20 secondes et 94 centièmes.

L’année 2009 est marquée par la controverse sur l’utilisation de combinaisons de natation entièrement conçues en polyuréthane. Les critiques se cristallisent autour de la marque italienne Jaked. Frédérick Bousquet utilise une tenue de ce type lors des Championnats de France disputés en avril à Montpellier, lesquels sont sélectifs pour les Championnats du monde prévus à Rome trois mois plus tard. Sur 100 mètres nage libre, il surprend le champion olympique et nouveau détenteur du record du monde — en 46,94 secondes — Alain Bernard, et améliore son record personnel en 47,15 secondes, troisième performance chronométrique de l’histoire. Bousquet, dont le record personnel est pointé à 21,44 secondes, remporte plus tard la finale du 50 m nage libre en battant le record du monde de l’Australien Eamon Sullivan, en 20,94 secondes. Il devient à cette occasion le premier nageur à descendre sous les 21 secondes sur la distance. La validation de ce record du monde reste longtemps en suspens en raison des débats sur l’homologation des combinaisons. Ce doublé le qualifie dans les épreuves individuelles programmées lors des Mondiaux fin juillet alors que son record est finalement validé par la FINA.

Peu de temps avant ces championnats, il signe un contrat de partenariat avec l’équipementier japonais Mizuno.

Source: http://fr.wikipedia.org/

Lady M.

Publicités

~ par Lady sur 12/08/2010.

Une Réponse to “Frédérick Bousquet”

  1. trop beau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :