La France: le béret

Le béret (de l’occitan béarnais berret) est un couvre-chef, une coiffure souple en feutre (laine tricotée, puis feutrée), sans visière ni bord, circulaire et plate, garnie d’une couronne intérieure en cuir.

Origines

Contrairement aux idées reçues, le béret n’est pas d’origine basque mais béarnaise.Le mot béret provient en effet du nom béarnais (gascon) berret (Lo berret qu’ei bearnés ! : « le béret est béarnais »). Certaines légions romaines venues dans les Pyrénées auraient porté une sorte de capuchon nommé birrus ou birretum. Des sculptures du Moyen Âge attestent la présence dans les Pyrénées d’un couvre-chef très proche du béret. Le béret traditionnel était tricoté, foulé et préparé « à la maison ».

Histoire

À l’origine, c’était l’apanage du berger, couvre-chef protecteur contre le froid ou la pluie. Il a été une coiffure largement répandue, notamment au XVIIe siècle. La couleur, variable au cours du temps, a eu une forte valeur symbolique. Écru à l’origine, il a été soit blanc, soit teinté en brun, en bleu, en rouge, selon les régions et les communautés pyrénéennes. Le béret était la coiffure des guides de haute montagne des Pyrénées, avec souvent une couleur réglementaire (bleu à Luchon). Depuis son expansion à partir du XIXe siècle, la seule couleur qui garantisse l’authenticité du béret civil est le noir, bien que le béret rouge soit l’apanage des férias et des festivités en général dans le Pays basque français et espagnol, et les Landes. Attribué sous sa forme la plus large aux bataillons de chasseurs alpins (le béret était censé protéger de la pluie jusqu’aux pieds du soldat en faction), le béret est progressivement devenu la coiffure militaire la plus répandue dans le monde, avec des couleurs et des insignes variés, et des manières de le porter très codifiées.

Makhil dantza

Le port du béret est un élément d’identité culturelle forte dans le sud-ouest de la France. Même si son usage tend à se raréfier, il persiste cependant dans les campagnes et gagne les jeunes générations à l’occasion des férias (notamment Bayonne, Dax et Mont-de-Marsan). De par son mode de fabrication, on peut considérer qu’il n’y a pas deux bérets identiques, ce qui lui donne une souplesse et une versatilité propres à exprimer toutes les personnalités.

Michèle Morgan

Le béret est généralement considéré comme un couvre-chef masculin. Il est toutefois devenu un élément de la mode féminine en France dans les années 1930, coiffant notamment certaines vedettes de cinéma de l’époque : Michèle Morgan, Greta Garbo, etc.

Fabrication

Le béret est exclusivement en laine tricotée, sous forme d’une grande galette circulaire, qui est ensuite mise en autoclave et feutrée, de manière à resserrer les fibres, à lui donner ses dimensions définitives et à le rendre solide et imperméable. Il est ensuite gratté, teint, on coud une doublure à l’intérieur ainsi que la bordure intérieure en cuir. La petite « queue » qui dépasse au centre, le coudic, était l’extrémité des fils résultant du tricotage à la main. Comme il n’existe plus avec le tricotage machine, il est rapporté ultérieurement : son absence serait en effet inacceptable.

La fabrication des bérets « fantaisie » se fait selon des procédés différents.

Le béret est entre autres fabriqué à Nay qui accueille le Musée du béret. Oloron possède aussi une longue histoire liée au béret : c’est la capitale du béret. Autrefois florissante, cette activité a subi de plein fouet la crise de l’industrie textile. Aujourd’hui, il ne reste que deux sociétés: Béatex, employant environ 80 personnes dont les créations sous la marque Pierre Laulhère sont connues et reconnues dans le monde entier, et la société Blancq-Olibet.

Symboles

Le béret est un des symboles de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais les adversaires de la Résistance, en particulier la Milice, portaient aussi le béret, d’une manière différente, plus rigide.

Dans le monde, le béret noir est devenu l’un des emblèmes de la France, comme le vin, la baguette, la bicyclette ou la 2 CV.

« Che » Guevara fit du port du béret un des symboles de la révolution.

Thelonious Monk portait le béret orné du symbole des forces françaises libres durant la Seconde Guerre mondiale.

Source: http://fr.wikipedia.org/

Lady M.

Publicités

~ par Lady sur 22/09/2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :