Les chapeaux

Chapeau claque ou gibus

Mis au point en 1823 par Gibus, l’inventeur à qui l’on doit aussi les classeurs à anneaux, le chapeau claque ou le gibus est un chapeau issu d’une invention française qui reprend l’idée des chapeaux-bras du XVIIIe siècle que l’on peut porter sous le bras, c’est-à-dire le bicorne. C’est un haut-de-forme qui s’aplatit et se relève à l’aide de ressorts mécaniques. Lorsque le chapeau est plié, un coup de pouce suffit pour qu’il reprenne sa forme. En 1828, la gent masculine estime qu’il « faut toute l’autorité de la mode pour que cette coiffure soit admise : le feutre n’étant point gommé s’amollit et prend les formes les plus bizarres ». Finalement, l’aspect pratique du Gibus sera reconnu et très prisé lors des raouts et des voyages.

Il ne faut pas confondre avec le chapeau à claque.

Chapeau de cow-boy

Un chapeau de cow-boy est un couvre chef généralement porté par les cow-boys. L’une des marques les plus connues est le Stetson.

Chapeau de paille

Le chapeau de paille est une sorte de chapeau ancien déjà porté dans l’Antiquité. On n’en connaît pas les premières formes. Il existe différentes formes de chapeaux de paille, aux bords plus ou moins larges, à la calotte haute, plate, arrondie, etc. De même, la paille peut être tressée de différentes manières en fonction du rendu voulu, elle peut aussi être teinte ou non et une fois le chapeau fini, il peut être décoré d’un simple ruban ou de fleurs.

Quand il a de larges bords et une calotte arrondie, on parle de sombrero. Si ses bords sont petits et sa calotte plate, c’est un canotier.

Le déjeuner des canotiers de Renoir

Il existe aussi des chapeaux coniques que l’on retrouve en Asie.

Historique

Le chapeau de paille était en Europe au Moyen Âge réservé aux paysans, avec de larges bords protégeant la tête du soleil. Dès le XVIIe siècle, l’usage du chapeau de paille s’est répandu en Europe en été, même chez les personnes de haut rang social, du fait de sa légèreté et du confort qu’il apportait. Malgré tout, il conserva l’image d’un chapeau bon marché destiné à la campagne, même si les chapeaux portés par les élégantes étaient bien plus soignés. Au XVIIIe siècle, la paille jugée de la meilleure qualité provenait d’Italie et les plus beaux chapeaux étaient réputés être fabriqués dans la ville de Livourne, reconnue pour la qualité de son tressage de la paille. C’est aussi au XVIIIe siècle qu’il commença à être associé à l’idée de chapeau de plage.

Cette industrie fut florissante en Italie, en Suisse et au Royaume-Uni jusqu’à la fin du XIXe siècle. Aux États-Unis, l’industrie du chapeau de paille aurait débuté en 1798 sous l’impulsion de Betsey Metcalfe, alors âgée de 14 ans, qui aurait copié avec de la paille locale un bonnet de paille importé du Royaume-Uni qu’elle avait vu dans une vitrine. Sa création plut tellement qu’elle reçut de nombreuses commandes et lança l’industrie du chapeau de paille. Au XIXe siècle, le travail des enfants était encore courant et lors de l’afflux de travail à l’approche de l’été, il était fréquent qu’ils soient embauchés à la fabrication des chapeaux.

Haut-de-forme

Le haut-de-forme passe, dans les années 1840, d’une simple nouveauté de la mode à un symbole de la condition sociale de l’homme bourgeois du XIXe siècle. En raison de sa hauteur, de son allure imposante et il confèrerait une certaine élégance à l’homme qu’il fait paraître plus grand, le haut-de-forme en vient à symboliser la respectabilité, la richesse, la dignité et un rang social élevé. L’origine du haut-de-forme tient aux gentilhommes de la campagne qui rétrécirent les bords de leurs chapeaux pour monter à cheval et augmentèrent la taille de la calotte dans un but de protection rudimentaire en cas de chute. Un système de lacet camouflé à l’intérieur permettait de le maintenir en place solidement. À partir de 1870, les hauts-de-forme deviennent plus petits et sont parfois appelés « tuyau de poêle ». Toujours considéré, à la fin du XIXe siècle, comme un symbole de distinction, le haut-de-forme en vient même à faire partie de l’uniforme du policier, du facteur et de l’employé de chemin de fer.

Haut-de-forme ou pas, Johnny Depp a une sacrée "tête à chapeaux"

Il sera encore porté, de manière résiduelle, jusqu’aux années 1950 (une photo montre ainsi François Mitterrand, alors Ministre de l’Intérieur français, portant le haut-de-forme lors d’une soirée).

Panama

Le panama est un chapeau d’origine équatorienne — malgré son nom qui renvoie à Panamá — qui était très en vogue vers 1900, qui ne s’est jamais vraiment démodé et qui connaît un regain de jeunesse en ce début du XXIe siècle. C’est un chapeau connu surtout dans sa forme à large bord style borsalino, qui se distingue par sa grande finesse. Il est traditionnellement soit de couleur ivoire garni d’un ruban marron (ou noir), soit blanc garni d’un ruban noir. Il est entièrement réalisé en fibres naturelles et confectionné à la main avec une patience légendaire. Il est le fruit d’une rencontre harmonieuse entre nature et culture : la beauté de la palme de Carludovica palmata et le savoir-faire d’artisans.

Le Panama Marc Jacobs

Source: http://fr.wikipedia.org/

Lady M.

Publicités

~ par Lady sur 18/10/2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :