Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban

Le pitch: Sirius Black, un dangereux sorcier criminel, s’échappe de la sombre prison d’Azkaban avec un seul et unique but : retrouver Harry Potter, en troisième année à l’école de Poudlard. Selon la légende, Black aurait jadis livré les parents du jeune sorcier à leur assassin, Lord Voldemort, et serait maintenant déterminé à tuer Harry…

10 Secrets de tournage

Alfonso Cuaron remplace Chris Columbus

Après une longue période d’incertitudes et de rumeurs (le nom de Steven Spielberg avait été évoqué), c’est finalement Alfonso Cuaron qui a été choisi par la production (après un vote autour de plusieurs candidats potentiels) pour remplacer Chris Columbus et mettre en scène Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban. C’est son long métrage Une petite princesse, très remarqué par les têtes pensantes de la saga Harry Potter, qui lui a définitivement ouvert les portes de Poudlard. Désireux de passer plus de temps avec sa famille (« le temps était venu de dîner enfin avec mes gosses ! »), Chris Columbus se « contente » sur ce film du poste de producteur.

Note d’intention du réalisateur

« À travers cette histoire qui nous parle de magie et de créatures fantastiques, se profilent des questions passionnantes sur le passage à l’adolescence, la quête d’identité, les relations avec les amis, l’absence de figure parentale, la recherche d’un mentor. Ces livres évoquent aussi les rapports de classes, l’injustice, le racisme – autant de sujets qui nous concernent tous à travers le monde. Et… ta mère aussi ! raconte le passage de l’adolescence à l’âge adulte, AHarry Potter et le prisonnier d’Azkaban celui de l’enfance à l’adolescence ».

Travail en profondeur

Désireux de travailler plus en profondeur les personnages avec ses trois jeunes vedettes Daniel Radcliffe, Emma Watson et Rupert Grint, le réalisateur Alfonso Cuaron leur demanda de coucher sur le papier leur point de vue sur Harry Potter, Hermione Granger et Ron Weasley et sur la façon dont ils avaient évolué depuis le début de la saga. « J’eus le plaisir et la fierté de remettre le premier mon texte, long d’une page », explique Daniel Radcliffe. « Mais le lendemain, Emma me succéda… avec une rédaction de 16 pages ! » Quant à Rupert Grint, fidèle au paresseux Ron, il ne rendit jamais son « devoir » : « J’ai été fidèle jusqu’au bout à mon personnage ! Ron a toujours détesté les études, et il aurait certainement trouvé un tas d’excuses pour se défiler, comme je l’ai fait avec le soutien de Dan et Emma ». Tel personnage, tel acteur…

Richard Harris : un absent de marque

Interprète du Directeur de Poudlard Albus Dumbledore dans Harry Potter à l’école des sorciers et Harry Potter et la chambre des secrets, Richard Harris ne participe malheureusement pas à ce troisième opus. Le comédien irlandais a succombé en octobre 2002 à la maladie de Hodgkin (cancer des ganglions lymphatiques), quelque jours avant la Première mondiale du second volet. Il est remplacé par son compatriote Michael Gambon.

« Beaucoup de gens m’ont demandé quel effet cela fait de succéder à Richard Harris », explique le comédien. « J’ai répondu par une comparaison avec le Roi Lear. Des centaines de comédiens ont joué Lear sans s’occuper de l’approche de leurs prédécesseurs. Un acteur s’empare d’un rôle et se l’approprie, point final. (…) Je suis d’origine irlandaise, et j’ai spontanément donné cet accent au personnage. Alfonso a aimé cela, et j’ai donc persévéré dans cette voie. C’est mon clin d’oeil à Richard ».

Des petits nouveaux à Poudlard

Des comédiens britanniques de renom débarquent avec ce troisième opus dans le monde magique de Harry Potter : Gary Oldman (Sirius Black), Emma Thompson (Sybille Trelawney), David Thewlis (Remus Lupin), Timothy Spall (Peter Pettigrew) ou Julie Christie (Madame Rosmerta) font ainsi leur entrée à Poudlard.

Des monstres secrets

Les Détraqueurs (ou Dementors), les sombres gardiens de la prison d’Azkaban et « monstres » majeurs de ce troisième opus, ont été gardés secrets par la production jusqu’à la sortie en salles du film. Hormis une main squelettique aperçue dans les bandes-annonces, les spectateurs ne les découvriront que sur grand écran. Il a fallu plus de six mois à l’équipe des effets visuels pour concevoir ces terrifiants personnages.

Le secret du Magicobus

Construit à partir du châssis d’un vieux bus rouge londonien, le Magicobus à trois étages devait donner l’illusion de rouler à 160 km/h dans les rues de Londres. Tournées en décors naturels, ces scènes ont en réalité été filmées au « ralenti » : « Le véhicule roulait en fait à 50 à l’heure, et les voitures à 12 », explique ainsi le chef-casadeur Greg Powell. « Il a cependant fallu des semaines de répétitions avec nos conducteurs/cascadeurs ainsi qu’avec les passants, qui étaient tous des cascadeurs entraînés à marcher, très, très lentement pour crédibiliser l’effet ».

Cool attitude à Poudlard

« J’ai voulu donner à Poudlard une apparence un peu plus réaliste, plus contemporaine », explique Alfonso Cuaron. « En me documentant sur les écoles anglaises, j’ai constaté qu’aucun élève ne portait l’uniforme de la même manière. Tous s’arrangeaient pour y introduire une petite touche, révélatrice de leur personnalité. J’ai donc demandé aux jeunes de faire de même et de porter leur uniforme comme ils le feraient hors de la présence de leurs parents ». « Nous avons assombri leurs teintes et leur avons ajouté des capuchons où sont inscrites les couleurs emblématiques de chaque section de l’école », ajoute la costumière Jany Temime. « Pour inciter les acteurs à exprimer leur personnalité, nous leur avons laissé le libre choix des maillots, pulls, cardigans et autres articles composant leur uniforme »… pour la plus grande joie des jeunes héros du film ! « J’y suis allé carrément », explique Rupert Grint. « J’ai froissé et plissé ma veste et fait sortir à moitié ma chemise en mon pantalon. Ce n’était pas un gag, mais une façon de singulariser nos personnalités ». Emma Watson résume : « Bonjour les jeans, adieu les jupes en tweed et les pulls tricotés de grand-mère ! »

Pour le producteur (et réalisateur des deux premiers volets) Chris Columbus, « ce ne sont pas des changements radicaux par rapport aux deux premiers films, mais un reflet de l’évolution des personnages, conforme aux indications du livre. Nous n’habillons pas ces jeunes de costumes derniers cri, nous marquons simplement leur entrée dans l’adolescence ».

Emma Thompson styliste

C’est Emma Thompson elle-même qui dessina et proposa à la costumière Jany Temime et au réalisateur Alfonso Cuaron des croquis de son personnage. « Cette femme qui ne s’est pas regardée dans un miroir depuis longtemps, a de gros yeux exorbités, une chevelure hirsute qui part dans tous les sens et qui pourrait bien avoir hébergé une famille d’écureuils ».

Attention aux gourmands !

Les sucreries achetées par les sorciers chez Honeydukes étaient de véritable bonbons. Mais pour éviter toute envie de grignotage et la « disparition » de ces accessoires, l’équipe annonça aux acteurs que les bonbons étaient enrobés de laque. Ce qui était faux !

Lady M.
Publicités

~ par Lady sur 17/11/2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :