Biographie fictive de James Bond

Au service secret de Sa Majesté

L’époque où James Bond est devenu un agent 00 n’est jamais explicitement située jusqu’à Casino Royale où sa mise en service est éclairée, bien que des références dans James Bond contre Dr. No laissent suggérer l’année 1952. Selon Fleming, après avoir joint le RNVSR, Bond aurait voyagé en Amérique, à Hong Kong et en Jamaïque. C’est à ce moment-là que Bond aurait rejoint une autre organisation comme le SOE, la branche 00 du Secret Intelligence Service (MI6) ou même devenu commando dans le 30th Assault Unit.

Les locaux du MI6

Bond a gagné ses galons dans la section 00 en accomplissant deux missions énumérées dans Casino Royale. La première est l’assassinat de l’expert en chiffrement japonais au 36e étage du RCA Building du Rockefeller Center à New York. La seconde est l’assassinat d’un agent double norvégien, qui avait trahi deux agents britanniques, à Stockholm en le poignardant dans son lit. Son matricule est toujours « 007 », sauf dans le roman On ne vit que deux fois où il devient temporairement « 7777 ». 007 est donc l’agent numéro 7 qui a le droit de tuer.

Selon Bond, obtenir le numéro 00 n’est pas si dur tant que l’on est préparé à tuer ; Pearson suggère que Bond a tué pour la première fois alors qu’il était adolescent. Dans les films et les livres, l’attitude de Bond envers son travail est la même : il n’aime pas tuer et se protège par des blagues désinvoltes et des remarques impertinentes ce qui est souvent mal interprété comme une marque de sang-froid. Dans les films, Bond n’a jamais montré de malaise dans le fait de donner la mort jusqu’à GoldenEye où il semble troublé par la brutalité de son travail tandis qu’il admet dans Le Monde ne suffit pas que le meurtre de sang-froid est un sale boulot.

Néanmoins, Bond n’hésite pas à tuer lorsqu’il y est contraint, et commet dans les films des actes qui pourraient être considérés comme des meurtres en d’autres circonstances (par exemple en tuant des ennemis désarmés par vengeance) ou des assassinats politiques. Le James Bond littéraire reste réservé sur son permis de tuer, désobéissant parfois aux ordres en évitant de tuer s’il pense que la mission peut être accomplie d’une autre façon. Bond a aussi un profond dégoût pour ceux qui tuent des personnes sans défense, en particulier si la victime est une femme. Il lui arrive d’abandonner ses vœux envers la nation pour venger la mort d’innocents, comme il l’a fait pour Felix Leiter et sa femme assassinée dans le film Permis de tuer.

Dans les livres et les films, Bond a une attitude cavalière face à sa propre mort : lorsqu’il est capturé, il accepte son sort et espère que le MI6 reniera son existence dans une telle situation. Il montre à plusieurs reprises qu’il sait parfaitement résister à la torture (notamment dans Casino Royale, Le monde ne suffit pas et Meurs un autre jour) sans jamais divulguer une seule information à ses tortionnaires.

James Bond donne sa démission 3 fois au cours des films : la 1re fois dans Au service secret de Sa Majesté pour un désaccord avec M qui voulait lui retirer l’affaire Bedlam concernant la traque de Blofeld et de l’organisation SPECTRE. La 2e fois dans Permis de tuer pour venger son ami de toujours Felix Leiter dont la femme fut assassinée par un haut trafiquant de drogue. Et enfin la 3e fois dans Casino Royale après être tombé amoureux de Vesper Lynd.

Source: http://fr.wikipedia.org/

Lady M.

Publicités

~ par Lady sur 06/12/2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :