Le Roi lion

La comédie musicale a incorporé plusieurs changements et ajouts par rapport au film. Le personnage du mandrill Rafiki a été transformé en rôle féminin car souvent en Afrique ce sont les femmes qui sont garantes de la tradition orale.

À Broadway, plusieurs nouvelles scènes apparaissent dont une conversation entre Mufasa et Zazu sur la façon dont Mufasa élève son fils Simba et une scène périlleuse où Timon se retrouve presque noyé dans une chute d’eau tandis que Simba se sent impuissant à l’aider. Un ajout narratif important est la description du départ de Nala dans la nouvelle chanson La Folie du Roi Scar, où le méchant à l’esprit désequillibré cherche à faire de Nala sa compagne. Nala refuse, et annonce ensuite son intention de partir de la terre des lions pour trouver de l’aide. Elle reçoit la bénédiction de Rafiki pendant la nouvelle chanson Shadowland (« Terre d’ombre » dans la version française).

Comme la précédente comédie musicale de Disney La Belle et la Bête, le spectacle ajoute de nombreuses chansons par rapport au film, comprenant aussi L’Écho du matin chanté par Zazu (une chanson qui a été ajoutée plus tard au film pour une édition spéciale en DVD, sous le titre « Le Rapport du matin » pour la V.F). Shadowland, initialement composée pour le disque Rhythm of the Pride Lands sur des paroles swahili comme Lea Halelela, a été adaptée pour la comédie musicale avec un nouveau texte en anglais. Il est chanté par Nala, les lionnes et Rafiki. One By One, également issu du disque Rhythm of the Pride Lands, a été adapté et est chanté par le chœur à l’ouverture du deuxième acte. Ajoutons enfin que la plupart des thèmes musicaux composés par Hans Zimmer pour le film sont utilisés à de nombreux moments dans la comédie musicale ( Bien que ce dernier est seulement crédité dans la catégorie « musique additionnelle » ).

Le chœur, mené à Broadway par le compositeur Lebo M lui-même, est parfois visible sur scène, plutôt que dissimulé dans l’ombre ou la fosse d’orchestre comme dans d’autres comédies musicales.

Plusieurs personnages d’animaux présents dans le spectacle sont des acteurs costumés ayant des accessoires supplémentaires pour se mouvoir. Les girafes, par exemple, sont interpétées par des acteurs marchant précautionneusement sur des échasses. Pour les personnages principaux tels Mufasa et Scar, les costumes comportent les casques mécaniques qui peuvent être levés et abaissés pour accentuer l’illusion d’un félin se ruant sur sa proie. D’autres personnages, tels que les hyènes, Zazu, Timon et Pumbaa sont joués par des acteurs dans des marionnettes géantes. Le personnage de Timon est décrit par Julie Taymor comme l’un des plus difficiles à maîtriser, car le mouvement de la tête et des bras de la marionnette donne une contrainte supplémentaire pour les bras, le dos et le cou de l’acteur.

Une nouvelle séquence créée pour le spectacle, la chasse des lionnes, comporte un dispositif particulièrement complexe pour les danseuses, la chorégraphie est rendue bien plus difficile par les grands casques portés pendant la scène.

Pendant la tournée du spectacle à Shanghai, des éléments chinois ont été inclus. Une des chansons a été adaptée pour ressembler à une chanson pop très populaire en Chine, Laoshu ai dami (les souris aiment le riz), de même qu’à Paris un passage a été adapté pour faire directement référence à la culture française.

Source: http://fr.wikipedia.org/

Lady M.

Publicités

~ par Lady sur 01/02/2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :