Le Roi Soleil

L’interprétation historique

La Fronde est présentée d’entrée comme un mouvement populaire, une révolution avant l’heure. Or la Fronde est d’abord une guerre de pouvoir au plus haut sommet de l’état (Gaston de France, Condé, contre Mazarin et Anne d’Autriche), relayé par le Parlement de Paris et par les corporations commerçantes de Paris, révoltées contre l’augmentation des impôts. L’interprétation des faits est ici passablement anachronique et rappelle fortement la révolution de 1830 telle qu’elle est traitée dans Les Misérables de Victor Hugo. Le duc de Beaufort y est même dépeint comme un révolutionnaire romantique, associé à une fille du peuple, Isabelle.

Le règne de Louis XIV est présenté comme un épisode de l’histoire dénué de relief : les aspects positifs de son bilan (faveur des arts et des sciences, grands chantiers, modernisation du pays) comme ses épisodes négatifs (ruine du pays par les campagnes guerrières du roi, la révocation de l’Édit de Nantes, institutionnalisation de l’esclavagisme) sont complètement laissés de côté au profit d’une vie de cour plutôt tranquille. L’affaiblissement de la noblesse, la centralisation de la France et l’absolutisme de son roi, qui sont les faits majeurs du règne de Louis XIV, sont à peine évoqués. L’importance croissante de la religion, sous l’influence notamment de Mme de Maintenon, n’est pas mentionnée. On ne peut pas qualifier ces omissions d’imprécisions ou d’erreurs historiques, mais elles ne donnent pas une idée bien complète de l’importance du règne de Louis XIV dans l’histoire de France.

Monsieur, le frère du roi, est présenté de manière plutôt classique comme le fêtard inconséquent et fantaisiste que sa mère avait fait de lui pour l’écarter du trône. Son pouvoir financier (égal à celui du roi), son talent de militaire ou son influence très particulière sur la cour ne sont pas évoqués.

Les faits

L’intoxication alimentaire qui faillit couter la vie au roi lors de la prise de Bergues est transformée en blessure de guerre (ce n’est pas dit, mais lourdement sous-entendu).

Le Duc de Beaufort, cousin bâtard du roi, devient l’Homme au masque de fer, hypothèse déjà apparue en littérature sous la plume de Lagrande-Chancel mais n’ayant jamais été évoquée par des historiens, ne serait-ce que pour ses anachronismes, la vie du duc de Beaufort pendant la période d’incarcération de l’homme au masque de fer étant parfaitement connue.  Le vieillissement du roi (qui est un homme d’âge mûr lorsqu’il épouse Mme de Maintenon) n’est pas montré.  Les personnages masculins de la pièce ne portent pas la moustache caractéristique de l’époque.

Merwan Rim

Merwan Rim est le 5e enfant d’une famille nombreuse (7 enfants). Son prénom est d’origine perse et il signifie « homme généreux« . Mais il ne faut pas oublier de préciser que Merwan est son deuxième prénom, le premier étant Mourad. À 17 ans, il se lance dans l’apprentissage musical et instrumental en pur autodidacte. Puis le chant prenant de plus en plus de place dans sa vie, il décide de se consacrer exclusivement à la musique… Son univers étant particulièrement éclectique, se balançant entre Electro, Soul et Pop. Il se produit alors sur diverses scènes parisiennes et devient auteur-compositeur-interprète. Ce qui l’amènera en septembre 2000 vers les studios d’Alice Dona, un atelier de musique, chant et théâtre. Environ neuf mois plus tard, il joue sur plusieurs scènes de France, Belgique, Suisse et du Canada, grâce au spectacle musical Les Dix Commandements où il interprète le rôle de Ramsès avec Ahmed Mouici pendant près de 3 ans. En 2004, il intègre la troupe du spectacle musical Spartacus le Gladiateur d’Élie Chouraqui et Maxime Le Forestier en tant que doublure de David (Christophe Héraut), rôle qu’il n’a pas eu l’occasion d’incarner. Anecdote, Merwan a évité l’annulation d’un show à la dernière minute en remplaçant au pied levé Alain Chennevière dans le rôle de Crassus. Quelques mois plus tard, il est choisi pour interpréter le Duc de Beaufort dans la comédie musicale Le Roi Soleil. Il est propulsé sur le devant de la scène en compagnie de Victoria Petrosillo grâce à l’extrait Entre ciel et terre.

Il a enregistré deux duos avec la chanteuse québécoise Marilou Bourdon. L’un, C’était écrit qui figure sur la version Canada de Marilou, l’album de Marilou Bourdon, (sortie le 8 mai 2007), l’autre Danser sur la lune qui figurera sur la version Europe de Marilou (sortie prévue le 25 juin 2007). En 2008, il fit quelques scènes, solos, et se produisit dans différentes villes de France, dans différents petits concerts, pour promouvoir son futur album solo. En 2009, il est comédien et doublure de Florent Mothe dans Mozart, l’opéra rock. On peut l’apercevoir dans le clip du morceau L’assasymphonie, mais aussi dans Le bien qui fait mal et dans J’accuse mon père. Il chante aussi dans le nouveau final de la troupe, intitulé C’est bientôt la fin. Il interprète également l’aubergiste dans le premier acte, dans lequel il chante La chanson de l’aubergiste ; tandis que dans le deuxième acte, il joue le rôle du clown démoniaque (représentant les phobies de Mozart) où il chante Comédie tragédie. Il a également participé à N’oubliez pas les paroles ! pour une émission spécial Halloween en compagnie de Maeva Meline pour l’association ELA dont il est l’un des parrains. Il prépare actuellement son premier album solo, qui devrait sortir début 2011. Un extrait est déjà disponible sur Internet.

Source: http://fr.wikipedia.org/

Lady M.

Publicités

~ par Lady sur 04/02/2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :